Résumé du GIEC en 4 points !

· Calendrier zéro déchet

 

Le 28 février dernier a été publié le deuxième volet du sixième rapport d'évaluation du GIEC.  Ce rapport inédit met en lumière de nouveaux éléments sur la crise climatique : on peut encore changer les choses, mais il faut faire vite ! ⏰ 

 

🔎 Le GIEC, qu’est ce que c’est ?

Le GIEC (Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) est créé en 1988 par l’Organisation Météorologique Mondiale et le programme des Nations Unies pour l’environnement à la demande du G7 (les 7 pays les plus riches du monde). Aujourd’hui, pratiquement tous les pays du monde sont adhérents. 

On peut lire sur le site officiel que le GIEC a pour mission « d’évaluer sans parti pris et de manière méthodique et objective l’information scientifique, technique et socio- économique disponible en rapport avec la question du changement du climat ». C’est un organisme qui effectue une synthèse et une évaluation des travaux de recherches menés dans les laboratoires du monde entier. C’est une sorte d’énorme revue de presse de plein d’analyses scientifiques mondiales. 🔬 

Le rapport pour les décideurs que compile le GIEC est voté, ligne par ligne, en assemblé plénière, par des représentants des états membres. 

 

Le rapport du GIEC, ce sont 2 000 à 3 000 pages de rapports scientifiques un peu indigestes à lire pour la plupart d’entre nous …Alors après avoir investigué de notre côté et regardé des vidéos explicatives vulgarisées, nous avons résumé le rapport en 4 points !

Le savoir, c’est le pouvoir ! 

 

1. Un état des lieux alarmant 

🌡 Depuis l’ère pré industrielle, la température à la surface du globe a augmenté de 1,1 degrés. Avant 2040, nous aurons 50% de chance de dépasser les 1,5 degrés d’augmentation et dans ce cas, les conséquences du changement climatique seront irréversibles.

Depuis maintenant plusieurs décennies, nous avons poussé les systèmes naturels au-delà de leurs limites d’adaptation : épuisement des ressources naturelles, chute de la biodiversité … 

⚖️ Nous ne sommes pas tous égaux face aux conséquences du dérèglement climatique: dépasser les 1,26 degrés de réchauffement est une question de vie ou de mort pour beaucoup de populations. Par exemple, entre 3,3 et 3,6 milliards de personnes sont considérées comme étant « très vulnérables » au réchauffement climatique. Comme l’a fait la pandémie, les changements climatiques ont aussi aggravé les inégalités sociales..

« Ça fait 8 mois que moi et mes enfants on mange cette même plante parce qu’il n’y a pas de pluie pour la récolte » témoigne une mère burundaise entourée de ses deux enfants. 

En plus d’avoir de lourdes conséquences sociales, le dérèglement climatique entraîne également la chute de la biodiversité. Plus le niveau du réchauffement global augmente, plus les risques d’extinction des espèces sont grands car le changement climatique dégrade les écosystèmes. En 2022, 1/3 des espèces terrestres sont confrontées à un risque extrême d’extinction. 🐝

 

2. Que va-t-il se passer si nous n’agissons pas rapidement ?

🏥Plusieurs études ont démontré que le changement climatique et les évènements extrêmes qui en découlent augmentent considérablement les problèmes de santé et les décès prématurés sur le court et le long terme partout dans le monde.

En France, d’ici 2050, le nombre de personnes mourant de la chaleur passera d’environ 1500 à 5000 si les émissions de CO2 ne diminuent pas. Le dérèglement climatique cause également beaucoup de maladies liées à la nourriture et à l’eau, ce qui met en danger des milliards de personnes.

Fait inattendu : des études ont également prouvé que le réchauffement climatique a fait augmenter le taux de maladies mentales en particulier en Asie, en Europe et en Amérique du Nord.

🍷Une autre étude concernant particulièrement la France est également citée dans le rapport.  Selon cette étude, les producteurs de vins sont menacés.  Les régions viticoles comme Bordeaux ou Montpellier subiront directement le réchauffement climatique et deviendront beaucoup moins propices à la culture de la vigne.

🌀 Le réchauffement climatique, c’est un cercle vicieux : plus le réchauffement augmentera, plus il y aura de dégâts.

Prenons l'exemple des sécheresses agricoles:Celles-ci auront pour conséquences des pertes de production alimentaire et une baisse de productivité  de la main d'œuvre : travailler sous 50°, c’est plus compliqué.Résultat : les revenus des ménages diminuent, pendant que les prix augmentent.

En France, le risque de sécheresse augmentera dans la région Méditerranée, sachant que la sécheresse coûte déjà 1,2 milliard d’euros à l’état français. 💸

 

3. Si nous ne prenons pas de mesures drastiques, il faudra s’adapter pour survivre

🇫🇷 Restons sur l’exemple de la France.

Il est évident que notre pays sera impacté par ce qu’il se passe sur notre territoire mais il le sera également par ce qu’il se passe dans les autres pays.  En effet, le réchauffement climatique altérera et dégradera les circuits commerciaux et internationaux et réduira par conséquent la disponibilité de certains produits en France.

Si nous ne faisons rien aujourd’hui, nous le payerons pendant longtemps. Un réchauffement supérieur à 1,5 degrés aura des effets irréversibles sur certains écosystèmes à faible résilience comme les écosystèmes polaires, montagneux et côtiers. 

Plus le réchauffement climatique s’intensifie, plus les conditions d’adaptation deviennent complexes voire impossibles : il est temps de passer à l’action ! 💪

L’enjeu du réchauffement climatique est aussi démocratique. La littérature scientifique démontre que les efforts sont plus efficaces s’ils incluent les populations locales. Par exemple, les scientifiques ont observé que les opérations avec les communautés locales et les peuples autochtones font partie intégrante de la réussite de l’adaptation des forêts dans de nombreuses régions du monde.  

Le rapport du GIEC alerte sur le déficit de financement des mesures d’adaptation. Clairement, le financement mondial pour le climat a augmenté depuis le 5e rapport mais les apports restent insuffisants et limitent la mise en œuvre des mesures d’adaptation. Le rapport rappelle aussi que l’adaptation ne peut malheureusement pas tout.

 

4. Il n’est pas trop tard si nous agissons maintenant ! 

Le rapport est très clair sur un point : nous avons encore le choix. Notre avenir est entre nos mains mais plus pour très longtemps !!

Ce qui est inédit dans ce 6e volet et que le GIEC propose des solutions :

    1. Atteindre la neutralité carbone
    2. Des politiques et des instruments avec des objectifs et des priorités claires
    3. Une meilleure connaissance sur les impacts et les solutions
    4. Plus de financement
    5. Des processus de gouvernance inclusifs 

❤️‍🩹 Ce que met en avant le rapport, c’est la nécessité absolue de développer une résilience climatique qui prend en considération les actions d’atténuation et d’adaptation dans une approche systémique. La résilience montre qu’il ne suffit pas de maintenir les fonctions vitales d’une société, son identité, sa structure, mais aussi sa capacité à se transformer.

Le GIEC affirme que si l’on parvient à maintenir la barre en dessous des 1,5 degrés il y aura plus de bien-être, moins de risques, plus de justice, d’équité, une meilleure santé des écosystèmes et une baisse de la pauvreté. Bref, on a vraiment tout à gagner ! 

🌏 Les auteurs scientifiques le disent clairement : pour être plus résilients, nous aurons besoin d’une meilleure coopération internationale. Il faudra que les gouvernements travaillent à tous les niveaux avec les communautés, le corps enseignants, la société civile, les institutions scientifiques, les médias, les investisseurs… tout en travaillant main dans la main avec des peuples qui sont généralement marginalisés comme les femmes, les enfants, les peuples indigènes et les minorités ethniques.

Nous devons apprendre à coopérer ! 🤝

Pour conclure, nous pouvons reprendre les mots de Antonio Guterres (secrétaire général de l’ONU), qui dit à propos de ce rapport : “le rapport du GIEC est un atlas de la souffrance humaine et une accusation accablante de l’échec du leadership climatique.”

 

Comment agir à notre échelle pour lutter contre la crise climatique ?

🪜 Il ne faut surtout pas se dire qu’à notre échelle nous n’avons aucun moyen de changer les choses : chaque action est un pas de plus vers un avenir meilleur !

On vous propose quelques éco-gestes à mettre en place au quotidien pour réduire notre empreinte carbone !

Conclusion

💚 Si l’on ne devait retenir qu’une chose : chaque minute perdue met des vies en danger. Nous n’arriverons à rien sans inclure les minorités et concerter les populations locales. Le mot de la fin : l’inaction est plus coûteuse que l’action !!

 

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK